MotoGP France Enea Bastianini : « Je veux retrouver le feeling avec la moto que j’ai perdu à Jerez »

Enea Bastianini arrive devant l’entrée du circuit Bugatti au Mans pour disputer son Grand Prix de France, septième manche de la saison MotoGP, comme tourmentée par un doute. Le pilote Gresini Ducati a la belle distinction d’être le seul pilote à ce stade de la campagne à l’avoir fait deux fois. Mais il chute aussi à Portimao et ne termine que huitième d’un Grand Prix d’Espagne à Jerez où il a la désagréable sensation de ne plus reconnaître sa belle GP21. Une mauvaise surprise qu’il voudra valider comme une regrettable exception lors de ce week-end sarthois. Il n’avait terminé que 14e à l’échéance en 2021, mais les conditions étaient particulières. Cette fois, il devrait faire beau…

Enea Bastianini est troisième au classement provisoire du championnat, à 20 points du leader Fabio Quartararo et 13 longueurs de l’Aprilia d’Aleix Espargaró. C’est donc le meilleur pilote Ducati dans la hiérarchie actuelle mais il se demande s’il est considéré comme le meilleur pilote par Ducati… En tout cas, il arrive au Mans pour lever une ambiguïté apparue à Jerez : « Le Mans est un circuit un peu particulier, mais très beau. Habituellement, la météo et donc les conditions de piste sont une variable importante, mais j’espère que cette fois ce ne sera pas le cas. ». Puis il ajoute ceci : J’aimerais retrouver avec le vélo ce sentiment qu’on a un peu perdu à Jerez : disons retrouver le vélo de Portimao, où seul le résultat ne nous a pas souri… « .

Enea Bastianini aura à sa disposition le carénage du GP22

Le pilote de 24 ans sait que le marché des transferts entre dans sa phase finale que le retrait promis de Suzuki aussi accéléré. Après Le Mans, il y aura le Mugello et Barcelone. A l’issue de ces trois tours, la messe devrait être dite pour beaucoup et en particulier pour Ducati qui doit décider du sort de Jack Miller, jorge martin et Enea Bastianini pour la place à côté Pecco Bagnaia :  » L’avenir de Bastianini et Martin sera clarifié d’ici juin  » mentionné Paolo Ciabatti le directeur sportif de la marque Borgo Panigale.

 » Ducati parie sur les deux pour l’avenir. Dans l’équipe officielle, il n’y a qu’une seule place libre, mais nous prévoyons de continuer avec les deux ajoute l’Italien. De son côté, Bastianini a déjà prévenu : Je me considère comme un pilote Ducati, mais il doit y avoir certaines conditions pour rester pilote Ducati « . Chaque détail ou sentiment comptera un peu plus désormais…

Ducati le sait parce que Bastianini disposera du carénage du GP22, testé lors de la journée test à Jerez. Sur cette option, le protégé de Carlo Pernat mentionné :  » ce carénage est plus étroit, ce qui est étrange au premier abord. Vous êtes rapide dans les changements de direction, mais le vélo est un peu moins stable. Il a des avantages et des inconvénients. C’était bien à Jerez. Si je devais courir maintenant, je choisirais le nouveau carénage, celui du GP22. Je ne sais pas comment c’est sur les autres pistes. Maintenant, nous devons prendre notre temps pour évaluer si nous l’utiliserons également au Mans. » conclut le Champion du Monde Moto2 2020.

Bastianini (La Presse)

Laisser un commentaire